fbpx

Comment traiter vraiment les troubles de la thyroïde et rééquilibrer votre organisme ?

Comment traiter vraiment les troubles de la thyroïde et rééquilibrer votre organisme ?

Le bon fonctionnement de la thyroïde est déterminant pour l'équilibre de l'organisme dans son ensemble.

En matière d'hypothyroïdie, l'analyse clinique prime sur la simple interprétation des résultats biologiques.

Être hypothyroïdien signifie que la glande thyroïde est incapable de produire suffisamment d’hormone voire même totalement incapable de la moindre production. L’hormone thyroïdienne est indispensable à la survie

Aussi lorsque la thyroïde baisse en activité ou lorsqu’elle a été détruite par un traitement à l’iode radioactif, ou enlevée chirurgicalement, vous avez absolument besoin d’une prescription médicale d’hormone thyroïdienne.

Le traitement médicamenteux de l’hypothyroïdie est appelé traitement hormonal substitutif. 

Les hormones thyroïdiennes de substitution existent dans tous les pays sous différentes catégories : 

  • en version synthétique pour la thyroxine (T4), connue en France sous le nom de Lévothyrox (exclusivité du laboratoire Merck), et dans les autres pays sous les noms de Synthroid, Lévoxyl, Tirosint, Euthyrox….
  • en version synthétique pour la triiodothyronine (T3), connue en France sous le nom de Cynomel et Cytomel aux USA où il existe aussi des spécialités à action retardée ce qui les rend supportables, alors que la version française à action immédiate est rarement bien tolérée en raison de sa vitesse d’absorption.
  • en version synthétique pour une combinaison T4 + T3, connue en France sous le nom de Euthyral.
  • en VERSION NATURELLE sous le nom de Natural Dessicated Thyroid dans quasiment tous les pays du monde sauf en France où son utilisation a été interdite en 2006, pour des raisons assez étranges sur lesquelles je reviendrai. La thyroïde naturelle, qui est de la glande porcine desséchée a, à peu près, la même composition que la thyroïde humaine : elle peut être prescrite sous la forme de préparations magistrales, ce qui permet au médecin d’ajuster la posologie avec précision, ou sous la forme de comprimés dosés de 30 mg en 30 mg par des marques très connues comme Armour Natural Thyroid, Thyroid Erfa, Nature-Thyroid…pour ne citer que les principales.
Retrouver un bon équilibre hormonal 

Les hormones synthétiques sont présentées par les laboratoires comme "bio-équivalentes", ce qui signifie qu’elles sont équivalentes les unes aux autres, et de fait théoriquement remplaçables l’une par l’autre, mais cela ne signifie pas, comme on le laisse penser, qu’elles présentent la même bio-disponibilité : vous pouvez absorber une thyroxine d’une marque différemment de celle d’une autre marque. Aux Etats-Unis, par exemple, on a pu mesurer que Tirosint est mieux et plus rapidement absorbé que Synthroid.

Bio-équivalence ne signifie pas que le potentiel thérapeutique de chaque produit est le même : la loi impose, pour la thyroxine, un dosage compris dans la fourchette des 10% du dosage de base, c’est à dire qu’un dosage annoncé de 100 mcg est toléré entre 95 et 105 mcg : chaque marque de lévothyroxine a ainsi ses propres caractéristiques, ce qui peut poser à un patient hypothyroïdien de gros problèmes.

On a connu ces problèmes en France il y a quelques années pendant la courte période où la lévothyroxine a été commercialisée sous deux formes génériques dont les écarts de doses étaient plus importants que ceux tolérés par la législation, et il est possible que les problèmes de tolérance rencontrés aujourd’hui par de nombreux patients avec la nouvelle formule du Lévothyrox soient liés à un changement de bio-disponibilité.

Ce que votre médecin ne vous dit pas et que vous devriez savoir

Votre thyroïde produit à partir de l’iode et de l’acide aminé l-tyrosine de la thyroxine. Cette hormone, qui est formée de 4 atomes d’iode n’est pas (ou très peu) utilisable en l’état et, pour devenir active, elle doit perdre un atome d’iode, ce qui est réalisé grâce à l’enzyme 5’deiodinase dans le foie, les muscles et les reins. Elle est alors devenue triiodothyronine ou T3.

L’enzyme 5’deiodinase est fragile et devient inactive s’il y a carence en zinc, cuivre, sélénium, magnésium, Vitamine E ou Vitamine C. Elle est également sensible aux toxines comme le plomb, le mercure et le cadmium, au stress, aux maladies infectieuses et surtout aux restrictions alimentaires imposées par les régimes sévères.

Autant dire que cette enzyme est souvent défaillante et que beaucoup de patients hypothyroïdiens sont incapables de convertir leur T4 en T3, ce qui rend leur traitement par T4 seul inefficace, et mal toléré car les doses de thyroxine doivent être augmentées et du coup, deviennent trop importantes, avec des effets secondaires.

Dans ce cas de figure, on ne devrait plus parler de problème thyroïdien mais plutôt de problème post-thyroïdien, et il est probable qu’un traitement par T4 seul a ici un très mauvais impact sur la glande.

Il est pourtant facile de savoir si l’enzyme fonctionne en dosant, dans le sang, l’hormone T3 qui reste basse en cas de défaillance ou l’hormone T3 reverse (ou fausse T3) dont le taux, au contraire, s’élève lorsque la 5’deiodinase est défaillante.

Les controverses sont nombreuses dans le corps médical quant à l’utilisation de T4 seul, de T3 seul ou de l’association T4 + T3 sous forme chimique (Euthyral) ou naturelle (Natural Dessicated Thyroid).

Ces controverses disparaîtraient si les médecins faisaient le bon diagnostic en écoutant leurs patients et en faisant pratiquer les bons dosages sanguins.

Or, on voit bien qu’aujourd’hui, les plaintes des patients ne sont pas prises en compte (je continue à grossir, je suis fatigué(e) en permanence, j’ai toujours froid, je perd mes cheveux, j’ai la peau sèche …) et que les hormones T3 et T3 reverse sont rarement dosées.

      

****************************** 

Bibliographie

Guidelines for the treatment of hypothyroidism – Thyroid, volume 24, number 12, 2014

Effects of thyroxine as compared with thyroxine plus triiodothyronine in patients with hypothyroidism - Bunevicius R, Kazanavicius G, Zalinkevicius R, Prange AJ Jr. N Engl J Med. 1999 Feb 11;340(6):424-9

Effect of combination therapy with thyroxine (T4) and 3,5,3'-triiodothyronine versus T4 monotherapy in patients with hypothyroidism, a double-blind, randomised cross-over study - Nygaard B, Jensen EW, Kvetny J, Jarløv A, Faber J. Eur J Endocrinol. 2009 Dec;161(6):895-902

Desiccated thyroid extract compared with levothyroxine in the treatment of hypothyroidism: a randomized, double-blind, crossover study - Hoang TD, Olsen CH, Mai VQ, Clyde PW, Shakir MK. J Clin Endocrinol Metab. 2013 May;98(5):1982-90

Scope and limitations of iodothyronine deiodinases in hypothyroidism - Gereben B, McAninch EA, Ribeiro MO, Bianco AC. Nat Rev Endocrinol. 2015 Nov;11(11):642-652

1000 caractères restants


pied page bloc marque 2019 docteur didier panizzaRecevez mes astuces santé & minceur