L’obésité pourrait-elle se sentir dans la respiration ?

Des médecins du Cedars-Sinai Medical Center de Los Angeles ont découvert que certaines bactéries productrices de gaz et vivant dans notre intestin favorisent la prise de poids.

La présence de méthane et d’hydrogène dans la respiration est associée à un excès de poids et de masse graisseuse.
Le concept du lien entre flore intestinale et obésité n’est pas nouveau : de nombreuses publications ont été faites ces dernières années à ce sujet.
L’équipe de Ruchi Mathur du Cedars-Sinai Medical Center de Los Angeles a étudié une bactérie productrice de méthane appelée Methanobrevibacter smithii. Cette bactérie se nourrit de l’hydrogène produit par les autres micro-organismes de l’intestin ; or la baisse du niveau d’hydrogène augmente la fermentation dans l’intestin, ce qui a pour effet de permettre à notre corps d’absorber plus de nutriments et d’énergie à partir de la nourriture.

Un excès de Méthanobrevibacter smithii dans l’intestin est mis en évidence par la présence de hauts niveaux de méthane dans la respiration chez les patients obèses.
L’étude du groupe Mathur portait sur 792 personnes : ceux qui ont été testés positifs à de hautes concentrations de méthane et d’hydrogène étaient ceux qui avaient le pourcentage de graisse le plus élevé.

Ce qui peut signifier que la présence de méthane et d’hydrogène dans la respiration des patients obèses est révélatrice de la prolifération d’autres bactéries pathogènes associées à Méthanobrevibacter smithii.

1000 caractères restants


pied page bloc marque 2019 docteur didier panizzaRecevez mes astuces santé & minceur